Copil 9fev16

From Wikidigiscope
Revision as of 14:48, 2 March 2016 by Mbl (Talk | contribs)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search

Réunion du Comité de Pilotage le 8 février 2016 à l'Université Paris-Sud

Contents

Ordre du jour

  1. Avancement du projet
    1. Sur le plan technique (CoTech)
    2. Sur le plan scientifique (partenaires)
  2. Répartition de la tranche 2 entre les partenaires
  3. Modalités d'accès aux plateformes par des utilisateurs extérieurs (industriels, …)
  4. Préparation du rapport annuel
  5. Questions diverses
  6. Visite de la plateforme du CEA

Membres présents ou représentés

  • Digiteo / FCS : Maurice Robin
  • Université Paris-Sud : Michel Beaudouin-Lafon
  • CNRS :Mokrane Bouzeghoub
  • CEA : Laurent Chodorge
  • INRIA : Philippe Lubrano
  • Institut Telecom : Eric Lecolinet (excusé)
  • CentraleSupelec : Hélène Huard
  • ENS Cachan : Florian de Vuyst (excusé)
  • Université Versailles - Saint-Quentin : Bertrand Lambège
  • Maison de la Simulation : Edouard Audit

Invités:

  • ANR : Céline Vidal
  • CoTech : Cédric Fleury et Jean-Marc Vézien
  • CoProg : Patrick Bourdot

Documents présentés

Compte Rendu

1. Avancement du projet

1.1 Sur le plan technique (CoTech)

Cédric Fleury et Jean-Marc Vézien présentent l'avancement du projet (voir File:Copil-9fev16-cotech.pdf). Les dix plateformes du projet sont désormais opérationnelles depuis l'installation du CAVE du CEA (voir point 6).

Concernant la téléprésence, les ingénieurs du projet ont commencé le développement du middleware de gestion de sessions multisites et poursuivent, avec le CoTech, l'expertise technique des solutions de capture et restitution audio-video. Ce travail débouchera sur un appel d'offre avant l'été pour la fourniture de matériel audio-vidéo et des serveurs associés.

Les ingénieurs poursuivent également leur aide au support des plateformes, avec notamment le déploiement de l'application Moliscope sur toutes les plateformes, afin de servir de cas d'étude de l'application de téléprésence.

Enfin le CoTech et les ingénieurs du projet poursuivent l'étude des besoins en matière de capacité réseau, en lien avec Pascal Etcheberry (responsable des réseaux de Paris-Saclay).


1.2 Sur le plan scientifique (partenaires)

Chaque partenaire présente une sélection de projets en cours utilisant les équipements de Digiscope. Les File:Copil-9fev16-projets.pdf décrivent les projets présentés par Michel Beaudouin-Lafon et Cédric Fleury (Paris-Sud et Inria), Patrick Bourdot (LIMSI-CNRS), Bertrand Lambège (UVSQ), Hélène Huard (CentraleSupelec) et Michel Beaudouin-Lafon de la part de Eric Lecolinet (Telecom).

Edouard Audit complète avec des projets de la Maison de la Simulation : visualisation scientifique pour des étudiants en astrophysique, physique des plasmas, cycle de la Terre; formation aux logiciels de visualisation; projets de visualisation pour la neuroanatomie, la climatologie et l'astrophysique, ainsi qu'avec l'IDRIS et le TGCC pour la visualisation et la retroaction temps réel avec un code d'hydraulique. Edouard Audit note au passage que, selon lui, un critère de succès de ces équipements est la volonté des utilisateurs de se déplacer physiquement pour pouvoir utiliser une plateforme: le coût du déplacement doit être plus que compensé par l'avantage à utiliser la plateforme au lieu des ordinateurs de bureau habituels.

Laurent Chodorge décrit brièvement les travaux qui seront présentés lors de la visite de la plateforme du CEA à la fin de la réunion (point 6).

Globalement, les projets présentés se répartissent en deux groupes. Le premier groupe porte sur des travaux en interaction homme-machine et réalité virtuelle et traitent des problèmes posés par l'interaction dans les environnements tels que ceux de Digiscope. Les projets du second groupe utilisent les plateformes de Digiscope pour l'aide à la recherche dans plusieurs domaines scientifiques ainsi que pour la formation.

Ce tour de table montre également que toutes les plateformes sont actuellement utilisées pour ou en lien avec des projets de recherche.

2. Répartition de la tranche 2 entre les partenaires

Michel Beaudouin-Lafon présente un projet de répartition des montants de la tranche 2 du projet (800 000€ - voir la File:Copil-9fev16-mbl.pdf et le File:Copil-9fev16-tranche2.pdf joints).

La répartition est fondée sur l'annexe financière originale du projet, dans laquelle certaines lignes de la tranche 2 étaient fléchées vers des partenaires spécifiques :

  • Maison de la Simulation - maintenance logicielle > 4000€ : 26250€
  • Paris-Sud (75%) et Telecom (25%) - Consommables FabLab : 30000€
  • FCS Paris-Saclay - Frais de gestion : 30769€

Le montant restant (712981€), destiné à couvrir des missions, du petit matériel, de la maintenance logicielle et matérielle, est réparti entre les partenaires scientifiques (hors FCS, donc) au prorata des montants d'équipement attribués au titre de la tranche 1.

Ce principe conduit à la répartition suivante :

UPS: 171195€ (21.40%)
Inria: 43375€ (5.42%)
CNRS: 93522€ (11.69%)
CEA: 125774€ (15.72%)
Telecom: 47864€ (5.98%)
CentraleSupelec: 51074€ (6.38%)
UVSQ: 43182€ (5.40%)
ENS Cachan: 81174€ (10.15%)
Maison de la Simulation: 112071€ (14.01%)
FCS Paris-Saclay: 30769€ (3.85%)

La proposition est acceptée à l'unanimité des présents. Maurice Robin et la FCS enverront aux partenaires des avenants aux conventions de reversement mettant en œuvre cette répartition.

3. Modalités d'accès aux plateformes par des utilisateurs extérieurs (industriels, …)

L'un des objectifs de DIGISCOPE était de rendre les plateformes accessibles, sous certaines conditions, à des utilisateurs extérieurs aux membres du projet, notamment du monde industriel. Cette ouverture suppose d'une part d'identifier les utilisateurs potentiels, et d'autre part de déterminer les conditions d'accès aux plateformes.

Concernant le premier point, une approche déjà évoquée mais pas encore mise en œuvre est d'organiser des journées pour montrer les capacités des plateformes et susciter l'intérêt des industriels. De telles journées devraient sans doute être organisées autour de thématiques ciblées en fonction des capacités et domaines d'application des plateformes où elles auraient lieu. Les pôles de compétitivité pourraient être sollicités pour aider à identifier les entreprises visées. Il est également évoqué de mettre en place un programme d'affiliés (ou User Group) et de réaliser un flyer destiné spécifiquement aux utilisateurs potentiels.

Plus en amont, nous pourrions faire appel à la SATT Paris-Saclay, qui offre des prestations telles que la détection de partenaires industriels et le marketing de l'offre technologique. Ces prestations sont payantes mais d'apès Maurice Robin, l'Université Paris-Saclay dispose d'un droit de tirage permettant de bénéficier d'une prestation sans que Digiscope ait à la financer, mais il faut vérifier les conditions d’accès à ce dispositif.

La discussion porte ensuite sur l'ouverture effective des plateformes à des utilisateurs extérieurs, qui pose un certain nombre de problèmes de nature administrative, pratique, et de ressources humaines, tels que :

  • Obligation de facturer l'utilisation des salles à prix coûtant et non pas sous forme de prestation de service ;
  • Difficulté de l'accès aux équipements dans un environnement de ZRR ;
  • Problème d'utilisation de licences logicielles acquises pour des utilisation de recherche par des utilisateurs extérieurs qui ne sont pas des chercheurs ;
  • Support technique aux utilisateurs, qui nécessite notamment des ingénieurs avec les bonnes qualifications.

Ces différents points doivent être étudiés, notamment en se renseignant auprès d'autres centres qui ont des équipements mis à disposition d'utilisateurs extérieurs. Ainsi, à Rennes ou Grenoble par exemple ont été créés des groupes ou réseaux d'ingénieurs permettant de mutualiser les compétences et les expériences.

Deux autres points sont évoqués concernant ces points. D'une part, Digiscope pourrait vendre son expertise dans le domaine de la mise en œuvre de telles salles à des entreprises ou organismes souhaitant s'équiper, en fournissant une prestation de conseil. D'autre part, l'utilisation de ces plateformes par des utilisateurs extérieurs doit aussi pouvoir apporter des "use cases" aux partenaires : il ne s'agit pas seulement de monétiser les plateformes.


4. Préparation du rapport annuel

Le rapport annuel doit être déposé par le coordinateur sur le site de l'ANR au plus tard le 22 mars à 12h. La trame du rapport est la même que les années précédentes.

Michel Beaudouin-Lafon enverra, comme l'an passé, la trame aux membres du CoPil. Chaque partenaire devra compléter cette trame pour le 15 mars au plus tard, après quoi le coordinateur compilera le tout.

Il est rappelé que les partenaires doivent également faire parvenir à Catherine Moreau les relevés financiers signés par leur agent comptable.


5. Questions diverses

Le nouveau site web de Digiscope, conçu par Nicolas Taffin dans le cadre de la prestation de service passée avec lui l'an passé, est prêt à être mis en ligne (voir http://digiscope.fr). Des comptes seront créés pour les partenaires afin de compléter l'information (pour le moment minimale) qui est mise en ligne.

La prochaine réunion du Comité de Pilotage est prévue avant l'été.


6. Visite de la plateforme du CEA

Le CAVE du CEA a été décrit lors du dernier CoPil. Il s'agit d'un environnement immersif avec 5 faces (3 côtés + sol et plafond) d'environ 3m de côté, muni d'un système de suivi de mouvements et d'un bras haptique. Les images sont fournies par 6 projecteurs stéréoscopiques HD de nouvelle génération, avec une plus grande densité de pixels sur la face frontale.

Le CAVE est installé dans le bâtiment Digiteo Moulon, dans une salle dédiée contenant une autre plateforme de réalité virtuelle. (La plateforme WILDER est installée dans le même bâtiment, et la plateforme WILD dans le bâtiment voisin).

Les applications démontrées par le CEA sont des applications de conception mécanique et de modélisation d'humains virtuels, dans des scénarios d'usine du futur.

Personal tools